Réussir le 12 octobre et reconduire la grève

center> center> center>

Il n’y a plus lieu de tergiverser.

La grève et les manifestations du 12 doivent être les plus massives possibles. Le gouvernement s’obstine dans son projet de loi sur les retraites, projet de loi qui représente pour chacun d’entre nous de fortes diminutions de nos futures pensions.

Dans ces conditions, nous pouvons faire le calcul : si nous reconduisons la grève, nous prenons certes le risque de perdre des sommes importantes, mais, grâce à cette grève, nous pouvons faire reculer le gouvernement. Cette perte de salaire serait alors un faible investissement par rapport à ce que nous aurons gagné.

C’est pourquoi nos organisations considèrent qu’il faut poursuivre la grève après le 12 octobre, pour exiger le retrait de ce projet de réforme des retraites et obtenir l’ouverture de négociations pour une autre réforme des retraites par répartition.

Il faut se réunir ce jour-là pour le décider ensemble.

Les salariés d’autres secteurs ont déjà annoncé leur intention de poursuivre après le 12.

C’est le moment d’agir tous ensemble.

Il est indispensable qu’un maximum de collègues participent le 12 octobre :
– à l’AG interprofessionnelle qui se tient à Agen après la manif à la rotonde du stadium
– aux AG Éducation : Agen, IUFM, 15 heures ; Tonneins, Salle Tapol, 10 heures

La FSU 47, le SNUDI FO, la CGT Éduc’Action 47 décident d’appeler à la grève le 12 octobre et à la reconduire dès le 14.
[[Dans le premier degré, les collègues des écoles doivent envoyer leur déclaration d’intention pour les 12, 14, 15, 18, 19, 21 et 22 octobre.]]
[[Des préavis de grève reconductible ont été déposés nationalement à partir du 12 octobre.]]

Le 12 octobre : Grève, Manifestations, Assemblée Générale

Depuis des mois, nous exigeons le retrait du projet de loi sur les retraites et nous affirmons que pour faire reculer le gouvernement seule la grève interprofessionnelle jusqu’au retrait permettra de créer le rapport de force nécessaire : les journées saute-moutons ayant montré toute leur inefficacité ces dernières années.

Nous nous félicitons que des syndicats CGT, CGC, UNSA, CFDT, Solidaires à la RATP, à EDF, à la SNCF, à Marseille rejoignent la position de FO.

Si nous n’en sommes pas encore là dans le département, nous continuons à travailler pour la construction d’un rapport de force passant par la grève reconductible jusqu’au retrait.

Le SNUDI FO revendique :
le maintien du départ à 60 ans à taux plein
le retour à 37,5 annuités pour tous, public et privé
la suppression de la double peine de la décote
le maintien des 10 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public
le maintien du code des pensions

Le 12 octobre, faites grève, manifestez, participez aux AG !

NI AMENDABLE,NI NÉGOCIABLE

RETRAIT DE CETTE RÉFORME !

Manifestations :

Agen, 10h, place de la Préfecture

Marmande, 15h, Esplanade du Maré

Assemblée Générale Éducation Nationale : Agen, 15h, IUFM

Lettre ouverte aux syndicats de salariés de Lot et Garonne

À la suite de l’intersyndicale nationale du 24 septembre, dont les décisions ne nous satisfont pas, le SNUDI FO 47 s’adresse à vous pour débattre d’autres perspectives.

Que combattons-nous ?

Une réforme qui érige en loi le triple vol de nos retraites.

Premier vol : de 1992 à 2008 les patrons ont été exonérés de 255 milliards d’€uros. Ces exonérations ont été partiellement compensées par l’État à hauteur de 225 milliards. Il manque donc à la Sécu 30 milliards. Cet argent c’est le nôtre, c’est notre salaire différé.

Deuxième vol : L’État compense, pas en totalité, ce qu’auraient dû verser les patrons, avec nos impôts

Troisième vol : Avec cette réforme le gouvernement veut combler ce « déficit » en baissant nos retraites, en allongeant la durée de cotisation.

Et dans le même temps, 47 milliards d’€uros de bénéfices pour les entreprises du CAC40 en 2009, 700 millions d’€uros reversés aux plus riches avec le bouclier fiscal, 6 milliards pour la loi TEPA…

Prendre l’argent aux salariés pour le donner aux plus riches… Quel syndicat peut accepter cela ?

Obliger le gouvernement à retirer cette réforme des retraites, c’est l’obliger à ne pas obéir aux injonctions des marchés financiers, c’est remettre en cause les exonérations patronales, proposer d’augmenter les salaires et de créer les emplois nécessaires dans tous les secteurs pour pérenniser notre système de retraites par répartition.

Notre responsabilité est grande vis-à-vis de tous les salariés et de tous les jeunes.

Est-ce que des manifestations le samedi ou des grèves tous les 15 jours peuvent faire reculer le gouvernement ?

Le rapport de force nécessaire exige une grève interprofessionnelle nationale, pour bloquer le pays, pour obtenir le retrait de cette réforme des retraites, comme en 1995.

Pour une enquête qui leur a été proposée pendant la manifestation à Agen du 23 septembre, à la question « Qu’est-ce qui est nécessaire selon vous pour obtenir l’abandon de la réforme ? », les manifestants ont répondu quasi-unanimement « grève reconductible ».

Et ce n’était pas FO qui était à l’initiative de cette enquête.

C’est le blocage du pays par la grève dans tous les secteurs professionnels qui fera reculer le gouvernement.

Pour notre part, avec notre Fédération et notre Confédération, nous y sommes prêts et nous pensons qu’il revient aux syndicats d’y appeler dans l’unité, dans la situation favorable qu’est l’état d’isolement dans lequel s’est mis le gouvernement par la politique qu’il mène et par toutes les affaires qui l’éclaboussent et le déconsidèrent.

Ne pouvons-nous pas, en notre âme et conscience, affirmer que nous sommes prêts à créer le rapport de force nécessaire, à décider que cette réforme ne doit pas passer ?

Ne pouvons-nous pas répondre, dans l’unité, à la demande de l’immense majorité des manifestants ce 23 septembre qui demandent la grève interprofessionnelle jusqu’au retrait ?

Nous vous proposons d’en discuter, et de mettre cette proposition en débat dans nos instances, intersyndicales, assemblées générales, qui se réuniront dans les prochains jours.

Retraites : Tous en grève le 23 septembre pour le retrait !

RETRAIT !

Pour Force Ouvrière, le retrait du projet de réforme des retraites est indispensable :

? Pour préserver le droit à la retraite à 60 ans à taux plein

? Pour bloquer tout allongement de la durée de cotisation et revenir aux 37,5 annuités

? Pour maintenir le système solidaire de la répartition et revenir au calcul sur les dix meilleures années dans le privé

? Pour maintenir le code des pensions et le calcul sur les six derniers mois dans le public

? Pour supprimer la décote.

? Pour refuser la diminution des salaires, la remise en cause des avantages familiaux et de la garantie du minimum de pension des fonctionnaires, prévues dans le cadre de cette réforme.

? Pour imposer la reconnaissance de la pénibilité du travail et l’ouverture des droits au départ anticipé avant 60 ans.

? Pour revaloriser les pensions

Emplois, salaires, retraites : tout est lié.

Défendre nos retraites, c’est défendre l’emploi et les salaires

? Reculer l’âge de départ en retraite de 2 ans, c’est 1,4 millions de chômeurs supplémentaires.

? 1 Million de chômeurs en plus, c’est 3 Milliards de cotisations en moins.

? Augmenter les salaires de 10%, c’est 6,5 Milliards de cotisations en plus.

? Les exonérations patronales non compensées par l’État s’élèvent à 30 Milliards depuis 1992

? La somme des exonérations accordées aux patrons depuis 1992 s’élève à 256 Milliards !

Pour financer le retour à une retraite à 60 ans avec 37,5 annuités pour tous et sans décote, il faut :

? Supprimer les exonérations patronales

? Augmenter les salaires de 10% minimum

? Créer les emplois nécessaires dans tous les secteurs

Tous en grève le 23 septembre !

À l’appel de tous les syndicats

Manifestations :

AGEN – 10h – Place de la Préfecture

MARMANDE – 14h30 – Esplanade de Maré

Déclaration individuelle de grève à envoyer lundi soir au plus tard (modèle en pièce jointe)

Tous en grève mardi 7 septembre 2010 pour le retrait du projet gouvernemental

Le gouvernement a rendu public son projet de loi :

? Âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans au lieu de 60 ans actuellement,

? Passage à 67 ans au lieu de 65 ans pour une retraite sans décote,

? Allongement de la durée de cotisation à 41 ans et demi,

? Augmentation du taux de cotisation de 7,85% en 2010 à 10,55% en 2020 pour les fonctionnaires engendrant une baisse immédiate de leur salaire et suppression de la possibilité de bénéficier de la « retraite mère de famille » pour les femmes ayant cotisé au moins 15 ans et eu trois enfants…

? Renégociation en 2018 avec un probable allongement des âges pivots.

Les confédérations CGT, FO, CFDT, CFTC et la FSU, SUD et l’UNSA appellent à la
grève le mardi 7 septembre, jour où le gouvernement soumet sa loi à l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui le SNUDI FO :

? dénonce une réforme gouvernementale qui ne règle en aucune façon la
question du financement.

? estime que le projet gouvernemental n’est ni négociable ni amendable et
appelle tous les collègues à se mettre en grève le 7 septembre pour le
retrait de ce projet. [[le snudi fo 47 a demandé à rencontrer le SNUipp 47 pour envisager un appel commun à la grève du 7 septembre pour le retrait du projet de loi.]]

? invite les collègues à se réunir en assemblée générale dans les
établissements scolaires dès le jour de la prérentrée, mercredi 1er septembre
pour établir leurs revendications et préparer la grève.

40 ans c’est déjà trop !

Aucun allongement de la durée de cotisation

Retraite à 60 ans à taux plein

Maintien du code des pensions civiles pour les fonctionnaires avec 75% du
salaire des 6 derniers mois

Calcul sur les 10 meilleures années dans le privé, les 6 derniers mois dans le
public

Indexation des pensions sur les salaires

Retraites : déclaration de la Commission Exécutive Confédérale

La Commission exécutive confédérale se félicite du succès de la journée du 15 juin qui a rassemblé 70.000 manifestants à Paris, la plus importante manifestation FORCE OUVRIÈRE depuis longtemps. De ce point de vue le 15 juin est historique.

Ce résultat montre la détermination de FORCE OUVRIÈRE et marque, pour la Commission exécutive, la première étape d’une mobilisation indispensable pour obtenir le retrait du projet gouvernemental en matière de retraites.

La Commission exécutive confirme que ce projet est profondément injuste au plan social et inefficace au plan économique. Il se situe dans la droite ligne du plan d’austérité qui veut faire payer aux travailleurs une crise dont ils ne sont en rien responsables.

La Commission exécutive rappelle que FORCE OUVRIÈRE est opposée à tout report du droit à la retraite à 60 ans et ses conséquences, à tout allongement de la durée de cotisation, à toute remise en cause du code des pensions et revendique des ressources nouvelles pour le financement des retraites et de la pénibilité au travail dans le privé et dans le public, ce à quoi ne répondent pas les soi-disant ouvertures du gouvernement.

Face à un projet que le gouvernement affirme inamovible sur l’essentiel, la Commission exécutive approuve la décision du bureau confédéral de ne pas s’être rendu à une concertation alibi.

La Commission exécutive marque la détermination de Force Ouvrière à s’engager pleinement pour un retrait du projet gouvernemental et sa volonté de tout mettre en œuvre pour y parvenir.

Concernant les modalités d’action, la Commission exécutive confirme, compte tenu de l’expérience, que si les manifestations ne suffisent pas, la nécessité d’une journée de grève interprofessionnelle reste posée.

Pour la Commission exécutive, le mot d’ordre de retrait du projet gouvernemental permet de rassembler clairement les salariés et de solidifier une action commune. D’ailleurs, d’ores et déjà, au niveau local, dans des entreprises ou des administrations, un tel mot d’ordre permet une action commune ou conjointe. Ce qui est possible localement doit l’être nationalement.

La Commission exécutive appelle ses structures à militer, expliquer et convaincre à tous les niveaux pour qu’une telle action commune puisse se généraliser à la rentrée. C’est ce que FORCE OUVRIÈRE expliquera aux autres syndicats lors de la réunion du 29 juin.

Adoptée à l’unanimité.

Retraites : unité pour le retrait !

Le 15 juin à Paris, à l’appel de Force Ouvrière, 70.000 manifestants pour exiger le maintien de la retraite à 60 ans, le retour aux 37,5 annuités pour tous et la suppression de la décote, pour exiger le maintien du code des pensions avec le calcul sur les 6 derniers mois.

70.000 manifestants pour exiger la retrait pur et simple du projet de réforme sur les retraites, pour exiger la grève interprofessionnelle pour bloquer le pays dans l’unité sur une revendication simple et urgente : RETRAIT !

Force Ouvrière a montré sa détermination , par la mobilisation de ses adhérents et de ses militants, à s’opposer à toute nouvelle remise en cause de nos régimes de retraites. Ce n’est que le début.

Ce n’est pas un cavalier seul de FO comme les médias voudraient le faire croire.

Nous n’opposons pas ceux qui ont fait grève le 27 mai, ceux qui ont fait grève le 15 juin, ceux qui feront grève le 24 juin… De nombreux adhérents de FO manifesteront sûrement le 24 juin pour exprimer leur refus du recul de l’âge de départ à la retraite, de l’allongement de la durée de cotisation, de la remise en cause du code des pensions des fonctionnaires.

Il ne faut pas reproduire les mêmes erreurs qu’en 2003.

FO, en tant qu’organisation syndicale, ne peut pas signer un appel commun, celui du 24 juin, qui accepte implicitement l’allongement de la durée de cotisation ou la remise en cause du code des pensions.

FO ne peut pas signer un communiqué commun qui ne propose pas la grève interprofessionnelle, pour bloquer le pays, pour imposer le retrait du projet de réforme des retraites.

Pour FO, l’unité doit se construire sur les revendications des salariés.
– Quel enseignant peut accepter de travailler 41,5 années alors qu’il débute en moyenne à 26 ans ?
– Quel salarié peut accepter la double peine de l’allongement de la durée de cotisation associée à la décote ?
– Quel fonctionnaire peut accepter une baisse de son salaire net de 5% (augmentation de la cotisation retraite), une baisse supplémentaire de sa pension de 15% (calcul sur les 10 dernières années) ?

L’exigence commune de tous les salariés, du public et du privé, est le retrait du projet de réforme des retraites dans l’unité.

Comment construite l’unité pour le retrait ?

En prenant position, école par école, entreprise par entreprise, et proposer systématiquement aux syndicats des appels communs unitaires pour exiger clairement le retrait du projet de réforme de nos retraites.

Exemple de prise de position, que vous pouvez modifier selon vos revendications :
Nous, enseignants, EVS, AVS, personnels municipaux dans l’école … nous disons : Pas touche à nos retraites !
-Pas de report de l’âge de départ
-Aucun allongement de la durée de cotisation
-Pas de remise en cause de nos pensions, de notre caisse de retraite

Pour casser nos retraites, le gouvernement soumet sa loi à l’Assemblée Nationale à partir du 7 septembre.

Début septembre, un appel à la grève interprofessionnelle est indispensable pour imposer le RETRAIT du projet de loi.

Nous sommes prêts.

Retraites : le code des pensions remis en cause !

Le gouvernement vient d’annoncer un plan de réduction de 100 milliards d’euros des déficits publics. Pour satisfaire les « marchés financiers » il s’attaque aux retraites des salariés du privé et du public et, dans le même but, il a décidé d’accélérer brutalement la mise en œuvre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) avec ses dizaines de milliers de fermetures de postes.

Lire la suite

Retraites : Bulletin Spécial du SNUDI FO 47

FO informe, FO explique, FO agit :

Grève interprofessionnelle le 15 juin

Manifestation nationale à Paris

– Pour le maintien du code des pensions,
– Contre l’allongement de la durée de cotisation,
– Contre le recul de l’âge légal.

Parmi les pistes annoncées ce lundi par le gouvernement pour la réforme des retraites, on note en particulier :

– la hausse de l’âge légal du départ à la retraite ;
– l’augmentation de la durée de cotisation ;
– la taxation des revenus du capital ;

Les 2 premiers points ne sont une surprise pour personne. Pour FO il n’en est pas question et nous manifesterons à Paris le 15 juin pour le réaffirmer clairement.

Quant au dernier point, nous rappelons que de 1980 à 2006, les cotisations patronales, hors exonérations, ont baissé de 4,24 points (passant de 34,62 % à 30,38 %). Ce qui représente un manque à gagner de 17 milliards d’euros par an pour la Sécurité sociale !

Prétendre taxer le capital sans commencer par rétablir les cotisations patronales à leur niveau antérieur, c’est se moquer du monde.

Le gouvernement insiste sur le fait qu’il n’envisage pas de baisser les pensions… Mais le rallongement de la durée de cotisation et le recul de l’âge légal baissent automatiquement les pensions !

Il n’y a qu’à se rendre compte de l’effet de la réforme Fillon de 2003 (p.6 de notre bulletin) pour s’en convaincre.

Quant à la remise en cause du code des pensions : le gouvernement précise que les règles de retraite spécifiques dans la fonction publique ne sauraient être considérées comme intangibles…

À FO, nous n’aurons de cesse de démonter tous les faux arguments avancés pour justifier une réforme des retraites qui aura des conséquences dramatiques pour tous les salariés.

Informer, expliquer pour que chaque salarié puisse se faire sa propre opinion : c’est l’objectif du bulletin spécial retraites (ci-joint et envoyé dans chaque école) que nous vous invitons tous à lire et à faire lire.

Pour l’instant il n’y a que FO qui justifie et argumente ses positions. Les autres syndicats se contentant d’appeler à des journées d’actions sans grève franche, sans revendications claire et sans explications.

Certains, comme l’UNSA, n’hésitant pas à sombrer dans la démagogie en affirmant que FO fait le jeu du gouvernement en décidant d’appeler seuls, clairement, à une journée de grève interprofessionnelle et à une manifestation nationale à Paris pour exiger le maintien du code des pensions, pour refuser la hausse de la durée de cotisation et le recul de l’âge légal.

Il serait plus constructif de la part de l’UNSA, et plus explicite pour les salariés, de formuler ses revendications précises en matière de retraites, en particulier sur la durée de cotisation ou le financement.

Le problème, ce n’est pas la position de FO : ce sont les projets du gouvernement et le soutien de la CFDT à cette réforme ! (p.4 de notre bulletin) Ce sont les multiples journées d’actions, sans grève franche et sans revendications claires, avec la CFDT.

Défendez clairement vos revendications,

défendez les retraites le 15 juin !

Soutenez la manifestation nationale à Paris le 15 juin !