SNUDIFO47
Section de Lot-et-Garonne
9-11 rue des frères Magen - 47000 AGEN | 05 53 47 24 72 | 07 83 26 12 47 | snudifo47@gmail.com

Syndicat des Instituteurs, Professeurs des Écoles, EVS et AVS
CAPD du 12 mars 2020 : Promotions
Publié; le 31 mars 2020 | SNUDIFO47

Cette CAPD avait comme seul point à l’ordre du jour l’avancement accéléré du 6ème au 7ème échelon et du 8ème au 9ème échelon de la classe normale.

Avancement accéléré

Comme l’année dernière, les résultats de ces promotions confirment pleinement notre appréciation du caractère injuste et arbitraire du nouveau système PPCR : seuls sont promus les collègues auxquels a été attribuée l’appréciation "excellent".
Ce système est donc une arme redoutable dans les mains de l’administration qui dispose ainsi du pouvoir de décider qui sera ou non promu. L’administration classe les collègues en fonction des avis portés suite au rendez-vous de carrière.

Pour notre part à FO, nous avons une position conséquente depuis le départ. Nous avons voté contre le décret transposant le PPCR en comité technique ministériel. Nous persistons à en revendiquer l’abrogation.

Conséquence du protocole PPCR rejeté par FO, seuls 30 % des enseignants bénéficient d’une accélération de carrière d’un an. 
> Changement d’échelon 6 ème au 7 ème : 12 promus pour 40 promouvables 
> Changement d’échelon 8 ème au 9 ème : 20 promus pour 68 promouvables

L’administration a informé au COEE de la publication des résultats de ces promotions : http://coee47.ac-bordeaux.fr/index.php?action=0&courrier=4194

Plus que jamais, FO revendique l’abrogation du décret sur l’évaluation mettant en œuvre le protocole PPCR, le rétablissement intégral des promotions basées sur un barème contrôlable basé essentiellement sur l’AGS.
Si vous partagez notre point de vue, n’hésitez-pas, rejoignez le SNUDI-FO !

Questions diverses

- Prochain conseil de formation 
L’administration est en attente de la nomination de la prochaine direction de l’ESPE. A priori, les orientations resteraient les mêmes que cette année.

- Groupe de travail "Direction d’école"
Un premier groupe de suivi a eu lieu en décembre à Agen, où ont été conviés les organisations syndicales, quelques élus de collectivités locales et l’administration. Notre syndicat a refusé d’y participer : voir la déclaration qui a été lue en début de réunion. Suite à ce groupe de travail, l’Administration a par exemple limité les envois de mails. Les élus ont pris connaissance des remontées des directeurs sur leurs conditions matérielles : ordinateur... Le DASEN évoque la possibilité de deux groupes de travail par an pour avancer sur la question de la Direction d’école. Nous avons rappelé que les directeurs, dans le questionnaire qui leur avait été adressé, ont formulé clairement la surcharge de travail quotidienne : ils demandent plus de temps de décharge, une aide administrative. Nous rappelons que toutes ces revendications sont connues par le Ministère, et ne peuvent être traitées au niveau de la DSDEN 47.

- Mouvements interdépartemental et intra-départemental
L’IA refuse de fournir la liste des collègues entrants et sortants du département, en nous donnant simplement les chiffres : 9 sortants et 22 entrants. Elle ne donnera pas non plus la liste des personnes ayant obtenu un poste lors du prochain mouvement. Enfin, l’administration a été très claire : "ils ne veulent plus travailler avec les organisations syndicales" : La loi de transformation de la Fonction publique ne les rendant plus obligatoires, il n’y aura plus de CAPD ni de groupe de travail avec les représentants des personnels concernant les temps partiels, les postes fractionnés, les demandes particulières de collègues, les demandes de disponibilités ...

Jusqu’à maintenant, les décisions de l’employeur concernant la carrière des fonctionnaires (mutations, avancement,…) étaient contrôlées par les organisations syndicales siégeant dans les commissions administratives paritaires (CAP), afin de s’assurer de l’égalité de traitement des collègues.
Mais la loi de Transformation de la Fonction publique, publiée au mois d’août 2019 a changé la donne. -> Lire la suite.
Pour les demandes de disponibilités pour convenance personnelle et de temps partiels sur autorisation, le ton ne change pas : le département étant déficitaire en ressources humaines, aucune demande ne sera accordée.

Dès la rentrée de septembre, nous avions demandé à ce que l’IA fasse appel à la liste complémentaire pour pourvoir les postes vacants. Le DASEN s’était engagé à en faire la demande auprès du rectorat. A ce jour, aucun enseignant n’a été recruté sur cette liste (excepté deux collègues en occitan).

- Enquête administrative
Avant les vacances de février, le DASEN a diligenté une enquête administrative dans une école du département, en écartant la possibilité aux collègues d’être accompagnés par leurs représentants du personnel. Nous demandons quelles conclusions et décisions ont été prises suite à cette enquête. L’administration ne souhaite pas échanger avec nous mais après intervention des représentants, elle indique qu’une collègue a accepté de changer d’école. Nous nous interrogeons toujours quant à la manière dont cette enquête a été mise en place, eu égard au caractère traumatisant de celle-ci pour les collègues.

- Matériel de test pour les Psychologues scolaires
Nous avons posé la question : qui a la responsabilité de financer le matériel indispensable à nos collègues PsyEN pour l’exercice de leur mission ? Réponse de l’administration : les mairies. Nous avons souligné l’inégalité que cela engendrait entre les collègues selon la richesse et les choix politiques des municipalités, alors que pour leurs collègues du second degré, ce sont les rectorats, donc l’EN qui financent le matériel. Nous revendiquons qu’il en soit de même pour les psychologues scolaires.

cale

Rechercher sur le Site
SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo