SNUDIFO47
Section de Lot-et-Garonne
9-11 rue des frères Magen - 47000 AGEN | 05 53 47 24 72 | 07 83 26 12 47 | snudifo47@gmail.com

Syndicat des Instituteurs, Professeurs des Écoles, EVS et AVS
Grève nationale interprofessionnelle de 24h le 9 avril
Publié; le 10 mars 2015 | Christophe Attias

Salaires en berne, suppressions de classes et d’écoles entières, rythmes scolaires, remise en cause de nos droits et garanties statutaires, dégradation de nos conditions de travail...

ÇA SUFFIT !

Il est temps de se faire entendre.

JEUDI 9 AVRIL : GRÈVE NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

à l’appel des confédérations FORCE OUVRIÈRE, CGT et de SOLIDAIRES…

Réunies le 17 février, les confédérations syndicales FO et CGT, ainsi que Solidaires appellent tous les salariés du public et du privé à se mettre en grève le jeudi 9 avril pour s’opposer au pacte de responsabilité, à la politique d’austérité, à la réforme territoriale et à la loi Macron.
À cette étape, la FSU vient de décider d’appeler à y participer.

Le Conseil Syndical du SNUDIFO 47, réuni le 4 mars, a décidé d’appeler tous les collègues à s’engager dans la grève nationale interprofessionnelle du 9 avril prochain contre l’austérité. Pour quelles raisons ?

Force est de constater que le gouvernement
reste sourd aux revendications des salariés !

→ Depuis des semaines, depuis des mois, les enseignants se mobilisent pour l’abrogation des décrets sur les rythmes scolaires, contre les suppressions de postes et d’écoles entières, contre la remise en cause de l’éducation prioritaire, contre les remises en cause statutaires et la dégradation des conditions de travail liées à la loi de refondation de l’école (toujours plus de sollicitations, de tracasseries administratives qui nous empêchent de nous consacrer à ce qui devrait être le cœur de notre métier : enseigner).

→ Depuis des mois, ils se mobilisent comme le font les salariés du public et du privé dans leurs secteurs respectifs : par exemple, les employés de la Sécu qui combattent pour le maintien des emplois, les cheminots qui s’opposent à la réforme ferroviaire, les salariés du privé qui s’opposent aux plans de licenciement, à la flexibilité, à la précarité, et revendiquent des augmentations de salaires…

L’expérience le montre : on ne se fera pas entendre par des journées d’action chacun dans son coin, les enseignants un jour, les cheminots un autre jour, etc.
C’est par la grève nationale interprofessionnelle, une vraie grève de 24 heures, qu’il sera possible de construire le rapport de force permettant de nous faire entendre, de faire céder le gouvernement pour le contraindre à ouvrir des négociations sur nos revendications.

Le SNUDIFO 47 appelle tous les personnels du 1er degré (enseignants, EVS, AVS) à se réunir dans leurs écoles, pour décider la grève et établir leurs cahiers de revendications :

En grève pour le retrait du pacte de responsabilité et ses 50 milliards d’économie pris sur le service public
• qui signifie, après 5 années de blocage des salaires et traitements, la poursuite du gel du point d’indice pour 2 ans au moins pour tous les fonctionnaires ;
• qui implique, pour les enseignants du 1er degré, la stagnation des indemnités de toutes sortes (l’ISSR, le refus d’augmenter l’ISAE de 400 à 1 200 € immédiatement, le blocage du taux de passage à la Hors Classe …) ;
• qui signifie des centaines de fermetures de classes et d’écoles comme à Châlon-en-Champagne où les élus annoncent la suppression de 8 écoles sur.31 ;
• qui signifie le refus de recruter les listes complémentaires pour combler les milliers de postes de remplaçants manquant actuellement ;
• qui impose l’embauche d’enseignants contractuels (déjà 450 en Seine-Saint-Denis) en lieu et place de fonctionnaires titulaires.

En grève pour dire NON à la réforme territoriale qui aboutit à :
• transformer la République une et indivisible en une République de territoires ;
• éclater l’Ecole publique en une mosaïque d’écoles autonomes ;
• menacer directement le statut d’enseignant fonctionnaire d’Etat ;
• pérenniser les décrets Peillon-Hamon sur les rythmes scolaires aboutissant à la désorganisation et à la territorialisation des écoles, et consacre le fait que les enseignants soient placés sous la tutelle directe des élus locaux et des groupes de pression ;
• instaurer des protocoles académiques pour les missions des directeurs contre le cadre national du décret de 1989.

En grève pour dire OUI à la défense des services publics d’État et du statut de fonctionnaire d’État, ce qui dans le 1er degré signifie :
• NON à l’annualisation des obligations de service des titulaires-remplaçants et de tous les personnels ;
• NON à la loi de refondation de l’école qui organise les remises en cause statutaires (psychologues
scolaires...)

En grève pour dire NON à la loi Macron qui,
• banalise le travail du dimanche,
• facilite les plans de licenciements
• remet en cause les tribunaux de prud’hommes.

ÇA SUFFIT, IL FAUT QUE ÇA CESSE ! LES ENSEIGNANTS N’EN PEUVENT PLUS ! LES REVENDICATIONS DOIVENT ÊTRE SATISFAITES

Tous dans la grève nationale interprofessionnelle le 9 avril !

cale
Documents Liés
Tract Appel 9 Avril
PDF - 57.6 ko

Rechercher sur le Site
SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo